Témoignage de Francine JUCHS

Témoignage de Francine JUCHS, de Dettwiller

« Tout a commencé ce fameux jour où je suis allée à cette conférence sur la voyance. J’ai été abordée par une médium qui a su dire le prénom de ma mère sans aucune façon de pouvoir le connaitre. Puis elle m’a prédit de très belles choses, mais aussi, auparavant, de moins belles choses.

Trois semaines plus tard, j’ai entendu des voix de femmes dans la cuisine. Elles commentaient ce que je faisais. Trois semaines après, il y en avait des centaines. Elles m’injuriaient, essayaient de me faire peur, de me rendre triste, en colère, de me faire culpabiliser, de me faire quitter mon mari, de m’énerver, de me pousser à insulter mes enfants, de m’isoler, de m’inciter à ne plus me laver, d’être grossière, de me pousser à être méchante avec les autres, et de me faire du mal à moi même.

Elles voulaient que je saute par la fenêtre, que je me pende. Je leur ai répondu: »D’accord, je vais le faire, mais toi, connard, tu dois me pousser si tu veux que je passe par la fenêtre. » « D’accord, je vais le faire, mais d’abord, il faudra que tu me ramènes la corde pour que je me pende. »

La voix me répondait: « Je ne peux pas, je suis mort! » Je lui disais: « Alors ferme ta gueule! »

Quand les voix me harcèlent pour que je sois triste du fait de mes parents, ou pour que je culpabilise, je réponds à leurs propos toujours par oui. Je ne rentre jamais dans leurs jeux.

Les voix voulaient que je travaille pour elles. Elles me harcelaient avec cela. Surtout gagner de l’argent, avoir une belle vie. Mais je leur ai répondu: »Je ne travaillerai jamais pour vous! »

Au début, les voix m’avaient assignée l’ordre de me taire. Elles me menaçaient. Mais je ne leur ai jamais obéi. « Si tu parles de nous, tous te prendront pour une folle. »

Un jour, j’ai eu une très forte envie d’alcool, et, sans m’en rendre compte, je me suis enivrée. J’étais bourrée deux, trois jours. Mais j’ai vite fini par arrêter.

Les voix me disaient: « On va te rendre folle! » Je leur ai répondu: « Je ne vous ferai jamais ce plaisir, ou aucun autre ».

Quand les voix me montrent des images insupportables, ou me font sentir une présence, je m’en détourne et fais comme si de rien n’était. Je m’occupe. J’écoute de la musique.

Je ne crois jamais ce qu’elles me disent et je n’en ai pas peur d’elles.

Cela fait dix ans que je vis avec les voix. Mais, si je m’en sors si bien, c’est que je sais toujours quoi leur répondre! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s