LE SENS DE LA VIE…

Je sens en moi une lumière qui m’appelle, bien en deçà des mots.

Bien en deçà des sons.

C’est dans les ténèbres que j’avance.

Dans l’enfer infernal de mes démons.

Mais que jamais ne s’éteigne,

Oh lueur incertaine,

Parfois presque morte, si petite, si fragile,

Et s’allume pourtant, pour éclairer mon pas.

 

 

POÉSIE écrite par Arnaud GRINNER

Je voulais tant peindre une belle toile

M’oublier dans l’infini de la vie

Et retourner danser dans les étoiles

Au profit de vous, mes amis.

 

Aujourd’hui je m’ennuie.

Je perds mon temps

Et la vie me nuit

Pourtant je l’aimais tant.

 

Je sombre peu à peu dans la masse

Deviens de plus en plus invisible

C’est le cœur d’une âme qui se casse

Devant un monde tristement nuisible.

 

Je n’ai pas envie de m’arrêter d’écrire

Je n’ai peut être rien à dire

Mais quand tu ne connais plus le mot rigoler

 

Chez toi dans ton canapé

 

Tu préfères écrire qu’encore t’éprouver

 

 

TEXTE écrit par Marjorie

LA THÉORIE DU BIG BANG

 

Un petit grain de poussière tournoyait dans l’univers.

Comme tant d’autres aussi.

Chacun cherchant désespérément

Celui avec lequel il ferait en fusionnant

Sa planète à lui.

Avec sa lune et ses étoiles,

Son ciel bleu et ses nuages,

Son soleil et sa pluie,

Ses terres et ses mers,

Ses vallées et ses montagnes,

Ses rivières et ses prairies,

Tout ce qui faisait la beauté de la vie,

Et son mystère aussi.

Mais les grains de poussière étaient si petits,

Et l’univers si grand,

Qu’ils mettaient trop de temps à se rencontrer;

Ce qui faisait que même de minuscules grains de poussière,

Pouvaient s’user et disparaître sans avoir eu le temps de vivre et de s’aimer.

Ce n’est pas parce qu’on est un petit grain de poussière perdu dans l’univers,

Que l’on n’est pas fait pour vivre ni pour aimer.

On passe sa vie à chercher des grains de poussière,

A l’autre bout de l’univers,

Alors qu’on voudrait vivre pour aimer;

Alors qu’on devrait vivre pour aimer.

On perd sa vie sans son grain de poussière,

Celui qui vous manquait:

Celui qu’il vous fallait,

Alors on continue,

De tournoyer dans l’univers sans but,

En regardant tristement

Les planètes des autres

Et en rêvant désespérément

A une lune et à des étoiles,

Un ciel bleu et de la pluie,

Des terres et des mers,

Des vallées et des montagnes,

Des rivières et des prairies,

Et tout ce qu’on aurait pu faire,

Avec son petit grain de poussière,

Et la planète qui aurait pu être à soi,

Et qui n’existe pas.

Si seulement on avait su passer sa vie à fusionner

Au lieu de chercher

Alors on meurt sans avoir compris la théorie du big bang,

Parce que le petit grain de poussière qui aurait pu être à soi

Lui aussi disparait.

 

Marjorie

 

REV

C’est quoi un rêve?

Hormis les messages que nous envoie notre cerveau durant la nuit?

C’est quelque chose que nous souhaiterions voir se réaliser.

Quel est notre rêve?

Quel est votre rêve?

Quel est le mien?

Ne pourrions pas communément dire le bonheur.

Du moins s’en approcher.

Souffrir moins!

Vivre mieux!

Trouver l’Amour, l’amitié.

Être en mesure d’y répondre.

Des choses simples mais essentielles.

N’est ce pas cela le REV?

LE COMBAT

Toute chose acquise mérite combat.

La vie.

Sa vie.

On peut s’avouer vaincu.

On peut s’enterrer dans le fossé.

Pleurer, gémir, puis se relever.

Si ce fossé ne devient notre tombe.

Toute chose en ce monde demande combat.

Nous nous levons soldat.

Qu’importe notre cause!

C’est de cette armée que je vous cause.

La grande armée des entendeurs de voix.

Quand vous étiez seul sous les coups du diable.

Et qu’à présent vous êtes milliers.

Il est plus facile de lutter entouré par l’amitié.

Que seul dans l’adversité.

Venez nous rejoindre, entendeurs.

Votre combat est le notre.

Ensemble nous vaincrons les voix!